Sainte Faustine (1905-1938)

« Je Te salue, très miséricordieux Cœur de Jésus,
Source vivante de toutes les grâces,
Unique abri et notre refuge,
En Toi je trouve l'éclat de l'espérance.

Je Te salue, très compatissant Cœur de mon Dieu,
Insondable, vivante source d'amour,
D'où jaillit la vie pour l'homme pécheur,
Ainsi que la source de toute douceur.

Je Te salue, plaie ouverte du Très Saint Cœur,
D'où sont sortis les rayons de miséricorde,
Et d'où il nous est donné de puiser la vie,
Uniquement avec le vase de la confiance.

Je Te salue, bonté de Dieu, inconcevable,
Jamais mesurée, ni approfondie,
Pleine d'amour et de miséricorde, mais toujours sainte,
Et cependant Tu es comme une bonne mère qui se penche sur nous.

Je Te salue, trône de la miséricorde, Agneau de Dieu,
Toi qui offris Ta vie en sacrifice pour moi,
Toi devant qui chaque jour mon âme s'abaisse,
Vivant en une foi profonde ». (Petit Journal)

C’est au XXème siècle, entre les deux guerres mondiales, que le message de la Divine Miséricorde se fait entendre comme un véritable cri lancé à l’humanité plongée dans les ténèbres. Jésus par l’intermédiaire de Soeur Faustine, se fait mendiant d’amour : « c’est toi que j’envoie vers toute l’humanité douloureuse. »