Jeanne de Chantal

« Ô très sainte Volonté de mon Dieu, qui m'avez environnée de vos Miséricordes, je Vous en rends infinies grâces : je Vous adore du profond de mon âme ; et, de toutes mes forces et affections, j'unis dès maintenant et pour toujours ma volonté à la Vôtre… prosternée aux pieds de votre infinie Miséricorde, je Vous conjure mon Sauveur, de m'octroyer la grâce de l'accomplir parfaitement, afin que, comme un feu de votre céleste Amour, je Lui sois un sacrifice agréable, qui sans fin Vous loue et bénisse… » (Sainte Jeanne de Chantal).

Sainte Jeanne-Françoise de Chantal (à droite, à genoux, sous Saint François de Sales).

Elle est née le 23 janvier 1572 à Dijon, et rappelée à Dieu le 13 décembre 1641 à Moulins. Sa fête liturgique est le 12 août (anciennement le 12 décembre).

Elle fût l’épouse du Baron de Chantal, qui mourra dans un accident de chasse. Elle eut six enfants (dont le père de Madame de Sévigné). Après la mort de son époux, elle s’orienta vers la vie religieuse, guidée par Saint François de Sales, et elle fonda avec lui l’ordre de la Visitation (1610) à Annecy, devenant ainsi la première sœur visitandine. En tant que fondatrice de l’ordre, elle devait être présente à plusieurs reprises lors des diverses fondations de monastères dont celui de Paray-le-Monial, dans les années 20 du 17ème siècle. « Nous ne pouvons pas toujours offrir à Dieu de grandes choses, mais nous pouvons à tout instant lui en offrir de petites, avec un grand amour… Celui-là sait tout, celui-là possède tout, qui connaît et qui possède Jésus… Notre unique désir doit être de plaire à Dieu en toutes choses » (Sainte Jeanne aux sœurs de la Visitation).