Adorateurs

samedi 04 janvier 2020


« Pierre aperçoit, marchant à leur suite, le disciple que Jésus aimait, celui-là même qui, durant le repas, s’était penché sur sa poitrine et avait dit : « Seigneur, qui est-ce qui te livre ? » Le voyant donc, Pierre dit à Jésus : « Seigneur, et lui ? » Jésus lui dit : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? » (Jean 21)

« Jean, le disciple que Jésus aimait, était tout contre Jésus » (Jean 13) durant la dernière Cène… il reposait sur son Cœur Sacré. Il est le modèle des adorateurs, de ceux qui « demeurent » et qui veillent, attendant au long des générations qui se suivent la Venue du Seigneur en Gloire ; ces adorateurs que Saint Jean-Paul II invitait à passer de longs moments « penchés sur la poitrine du Maître, conversant avec Lui », jusqu’à « presque entendre les battements de son Cœur » (divers écrits sur l’Eucharistie). Au 13ème siècle, Sainte Gertrude, au cours d’une apparition du Christ et de Saint Jean, a pu reposer sur le Cœur du Seigneur, et elle a pu percevoir les « saintes pulsations » de ce Divin Cœur ; et au 17ème siècle, lors de la première grande apparition, Sainte Marguerite-Marie aussi a eu « la grâce de reposer longuement sur son Cœur ». Que ces deux saintes, avec Saint Jean, avec Saint Jean-Paul II, nous accompagnent dans nos temps d’adoration devant le Saint Sacrement, et nous aident à mieux encore « rendre amour pour amour » à ce « Cœur qui a tant aimé les hommes… »  (Jésus à Marguerite-Marie).  

Prière :

Disciple heureux que l’Auteur de la vie daigna laisser reposer sur son Cœur, Ah ! que j’envie votre bonheur !

Prière :

« Je vous adore, je vous aime, ô divin Cœur de Jésus vivant dans le cœur de Marie. Je vous conjure de vivre et de régner dans tous les cœurs, je vous adjure de les consommer dans votre pur amour. » (sainte Marguerite Marie)

 

Lectures du samedi 04 janvier 2020


Année liturgique

4 janvier (samedi psautier I)

Fete :

Messe du jour

Première lecture

Quiconque est né de Dieu ne commet pas de péché

Lecture de la première lettre de saint Jean - 1 Jn 3, 7-10

Petits enfants, que nul ne vous égare :
celui qui pratique la justice
est juste comme lui, Jésus, est juste ;
celui qui commet le péché est du diable,
car, depuis le commencement, le diable est pécheur.
C’est pour détruire les œuvres du diable
que le Fils de Dieu s’est manifesté.
Quiconque est né de Dieu
ne commet pas de péché,
car ce qui a été semé par Dieu demeure en lui :
il ne peut donc pas pécher,
puisqu’il est né de Dieu.
Voici comment se manifestent les enfants de Dieu
et les enfants du diable :
quiconque ne pratique pas la justice
n’est pas de Dieu,
et pas davantage celui qui n’aime pas son frère.

– Parole du Seigneur.

Psaume

La terre tout entière a vu
le salut de notre Dieu.

cf. 97, 3

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s’est assuré la victoire.

Que résonnent la mer et sa richesse,
le monde et tous ses habitants ;
que les fleuves battent des mains,
que les montagnes chantent leur joie.

Acclamez le Seigneur, car il vient
pour gouverner la terre,
pour gouverner le monde avec justice
et les peuples avec droiture !

Evangile

« Nous avons trouvé le Messie »

Alléluia, Alléluia.
À bien des reprises, Dieu, dans le passé,
a parlé à nos pères par les prophètes ;
à la fin, en ces jours où nous sommes,
il nous a parlé par son Fils.
Alléluia.

cf. He 1, 1-2

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean - Jn 1, 35-42

En ce temps-là,
Jean le Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples.
Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit :
« Voici l’Agneau de Dieu. »
Les deux disciples entendirent ce qu’il disait,
et ils suivirent Jésus.
Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient,
et leur dit :
« Que cherchez-vous ? »
Ils lui répondirent :
« Rabbi – ce qui veut dire : Maître –,
où demeures-tu ? »
Il leur dit :
« Venez, et vous verrez. »
Ils allèrent donc,
ils virent où il demeurait,
et ils restèrent auprès de lui ce jour-là.
C’était vers la dixième heure, (environ quatre heures de l’après-midi).

André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples
qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus.
Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit :
« Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ.
André amena son frère à Jésus.
Jésus posa son regard sur lui et dit :
« Tu es Simon, fils de Jean ;
tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Lectures extraites du site de l'AELF

Le Sanctuaire

Le Sanctuaire est confié depuis 1985 par le diocèse d'Autun, Chalôn et Macon à la Communauté de l'Emmanuel.

logo-autun-

logo_communaute_emmanuel

Secrétariat du Sanctuaire

NOUS CONTACTER
Place du Cardinal Perraud
71600 Paray-le-Monial
Tel: +33 (0)3 85 81 56 00

Mentions légales

Recevoir la lettre des Amis du Sacré-Coeur
* Champ obligatoire