Je donne ma vie pour mes brebis.

mercredi 08 janvier 2020


« Je suis la porte des brebis. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et sortira, et trouvera un pâturage. Moi, je suis venu pour qu’on ait la vie et qu’on l’ait surabondante. Je suis le bon pasteur ; le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis.  Je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît et que je connais le Père, et je donne ma vie pour mes brebis. » (Jean 10)

Jésus se présente comme « la porte des brebis ». C’est à partir de ce verset qu’est née toute la symbolique de la « Porte Sainte » ; cette porte qui, durant les grandes années jubilaires célébrées par l’Eglise, reste ouverte nuits et jours pour que les pèlerins puissent passer… et ainsi passer symboliquement à une vie nouvelle, à une étape de conversion. En général, la Porte Sainte est choisie en rapport avec les sanctuaires ou les cathédrales les plus importantes du diocèse. Lors de la clôture du Grand Jubilé de l’An 2000, à Rome, le 6 janvier 2001, une messe solennelle avait été célébrée sur la Place Saint Pierre par Jean-Paul II. Au cours de cette célébration, on avait procédé à la fermeture de la Porte Sainte de la Basilique Saint Pierre… cette Porte par laquelle un nombre incalculable de fidèles étaient passés durant l’année 2000. Et dans son homélie, Jean-Paul II devait dire : « Avec la fermeture de la Porte Sainte, c’est un symbole du Christ qui se ferme. Mais le Cœur de Jésus demeure plus que jamais ouvert, pour dire à notre humanité contemporaine, toujours en quête de sens et d’espérance : ‘’venez à moi vous qui ployez sous le fardeau…’’ (Matthieu 11). » Ces paroles très denses de Jean-Paul II nous aide à considérer le Cœur toujours ouvert de Jésus comme la Porte Sainte par excellence qui nous fait accéder à ce divin « pâturage » dont parle l’Evangile que nous avons cité… au Mystère ineffable de l’Amour Trinitaire.

Prière :

Cœur de Jésus, maison de Dieu et porte du Ciel, nous t’adorons (d’après les litanies du Sacré-Cœur).

Prière :

« Je vous adore, je vous aime, ô divin Cœur de Jésus vivant dans le cœur de Marie. Je vous conjure de vivre et de régner dans tous les cœurs, je vous adjure de les consommer dans votre pur amour. » (sainte Marguerite Marie)

 

Lectures du mercredi 08 janvier 2020


Année liturgique A

noel

Mercredi après l'Épiphanie

Fete : de la férie

Messe du jour

Première lecture

« Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous »

Lecture de la première lettre de saint Jean - 1 Jn 4, 11-18

Bien-aimés,
puisque Dieu nous a tellement aimés,
nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres.
Dieu, personne ne l’a jamais vu.
Mais si nous nous aimons les uns les autres,
Dieu demeure en nous,
et, en nous, son amour atteint la perfection.
Voici comment nous reconnaissons
que nous demeurons en lui
et lui en nous :
il nous a donné part à son Esprit.
Quant à nous, nous avons vu et nous attestons
que le Père a envoyé son Fils
comme Sauveur du monde.

Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu,
Dieu demeure en lui,
et lui en Dieu.
Et nous, nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous,
et nous y avons cru.
Dieu est amour :
qui demeure dans l’amour demeure en Dieu,
et Dieu demeure en lui.
Voici comment l’amour atteint, chez nous, sa perfection :
avoir de l’assurance au jour du jugement ;
comme Jésus, en effet, nous ne manquons pas
d’assurance en ce monde.
Il n’y a pas de crainte dans l’amour,
l’amour parfait bannit la crainte ;
car la crainte implique un châtiment,
et celui qui reste dans la crainte
n’a pas atteint la perfection de l’amour.

– Parole du Seigneur.

Psaume

Tous les rois se prosterneront devant lui,
tous les pays le serviront.

Ps 71, 11

Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
à ce fils de roi ta justice.
Qu'il gouverne ton peuple avec justice,
qu'il fasse droit aux malheureux !

Les rois de Tarsis et des Iles apporteront des présents.
Les rois de Saba et de Seba feront leur offrande.
Tous les rois se prosterneront devant lui,
tous les pays le serviront.

Il délivrera le pauvre qui appelle
et le malheureux sans recours.
Il aura souci du faible et du pauvre,
du pauvre dont il sauve la vie.

Evangile

« Ils le virent marcher sur la mer »

Alléluia, Alléluia.
Louange à toi, Jésus Christ,
manifesté dans la chair,
proclamé parmi les nations,
reconnu dans le monde.
Alléluia.

cf. 1 Tm 3, 16

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc - Mc 6, 45-52

Aussitôt après avoir nourri les cinq mille hommes,
Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque
et à le précéder sur l’autre rive, vers Bethsaïde,
pendant que lui-même renvoyait la foule.
Quand il les eut congédiés,
il s’en alla sur la montagne pour prier.
Le soir venu, la barque était au milieu de la mer
et lui, tout seul, à terre.
Voyant qu’ils peinaient à ramer,
car le vent leur était contraire,
il vient à eux vers la fin de la nuit
en marchant sur la mer,
et il voulait les dépasser.
En le voyant marcher sur la mer,
les disciples pensèrent que c’était un fantôme
et ils se mirent à pousser des cris.
Tous, en effet, l’avaient vu et ils étaient bouleversés.
Mais aussitôt Jésus parla avec eux et leur dit :
« Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur ! »
Il monta ensuite avec eux dans la barque
et le vent tomba ;
et en eux-mêmes
ils étaient au comble de la stupeur,
car ils n’avaient rien compris au sujet des pains :
leur cœur était endurci.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Lectures extraites du site de l'AELF

Le Sanctuaire

Le Sanctuaire est confié depuis 1985 par le diocèse d'Autun, Chalôn et Macon à la Communauté de l'Emmanuel.

logo-autun-

logo_communaute_emmanuel

Secrétariat du Sanctuaire

NOUS CONTACTER
Place du Cardinal Perraud
71600 Paray-le-Monial
Tel: +33 (0)3 85 81 56 00

Mentions légales

Recevoir la lettre des Amis du Sacré-Coeur
* Champ obligatoire