Pour cette nouvelle année…

mercredi 01 janvier 2020


« Le dernier jour de la fête, le grand jour, Jésus, debout, s’écria : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive, celui qui croit en moi ! » selon le mot de l’Ecriture : De son sein couleront des fleuves d’eau vive. Il parlait de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui avaient cru en lui. » (Jean 7)

Décidément, nous ne sortons pas de l’eau ! En ce jour de l’année nouvelle, quels meilleurs vœux pourrions-nous nous souhaiter que d’accueillir avec une générosité encore plus grandes ces fleuves d’eau vive que le Seigneur veut déverser sur nous et sur le monde. Il s’agit d’accueillir l’Esprit Saint avec une ferveur nouvelle, pour la croissance en sainteté de l’Eglise, pour la conversion du monde, pour notre propre sanctification. Jamais Saint Jean n’aurait été capable d’écrire ces lignes sur ces fleuves qui jaillissent du sein de Jésus s’il n’avait été le témoin du Cœur transpercé sur le Golgotha, s’il n’avait vu le sang et l’eau couler de ce « Sanctuaire » très Saint. Exprimons les uns pour les autres le vœu que chacun se laisse submerger par l’Esprit.

Prière :

à partir d’aujourd’hui, diverses invocations extraites de prières au Sacré Cœur, ou d’hymnes en son honneur.

Jésus, à Vous soit la gloire, Vous dont le Cœur répand l’amour.

Prière :

« Je vous adore, je vous aime, ô divin Cœur de Jésus vivant dans le cœur de Marie. Je vous conjure de vivre et de régner dans tous les cœurs, je vous adjure de les consommer dans votre pur amour. » (sainte Marguerite Marie)

Lectures du mercredi 01 janvier 2020


Année liturgique

Sainte Marie, Mère de Dieu

Fete : Solennité

Messe du jour

Première lecture

« Ils invoqueront mon nom sur les fils d’Israël, et moi, je les bénirai »

Lecture du livre des Nombres - Nb 6, 22-27

Le Seigneur parla à Moïse. Il dit :
« Parle à Aaron et à ses fils. Tu leur diras :
Voici en quels termes vous bénirez les fils d’Israël :
“Que le Seigneur te bénisse et te garde !
Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage,
qu’il te prenne en grâce !
Que le Seigneur tourne vers toi son visage,
qu’il t’apporte la paix !”
Ils invoqueront ainsi mon nom sur les fils d’Israël,
et moi, je les bénirai. »

– Parole du Seigneur.

Psaume

Que Dieu nous prenne en grâce
et qu’il nous bénisse !

Ps 66, 2a

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
tu gouvernes les peuples avec droiture,
sur la terre, tu conduis les nations.

Que les peuples, Dieu, te rendent grâce ;
qu'ils te rendent grâce tous ensemble !
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l’adore !

Deuxième lecture

« Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme »

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates - Ga 4, 4-7

Frères,
lorsqu’est venue la plénitude des temps,
Dieu a envoyé son Fils,
né d’une femme
et soumis à la loi de Moïse,
afin de racheter ceux qui étaient soumis à la Loi
et pour que nous soyons adoptés comme fils.
Et voici la preuve que vous êtes des fils :
Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs,
et cet Esprit crie
« Abba ! », c’est-à-dire : Père !
Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils,
et puisque tu es fils, tu es aussi héritier :
c’est l’œuvre de Dieu.

– Parole du Seigneur.

Evangile

« Ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né. Quand fut arrivé le huitième jour, l’enfant reçut le nom de Jésus »

Alléluia. Alléluia.
À bien des reprises, Dieu, dans le passé,
a parlé à nos pères par les prophètes ;
à la fin, en ces jours où nous sommes,
il nous a parlé par son Fils.
Alléluia.

cf. He 1, 1-2

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc - Lc 2, 16-21

En ce temps-là,
les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem,
et ils découvrirent Marie et Joseph,
avec le nouveau-né
couché dans la mangeoire.
Après avoir vu,
ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé
au sujet de cet enfant.
Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient
de ce que leur racontaient les bergers.
Marie, cependant, retenait tous ces événements
et les méditait dans son cœur.
Les bergers repartirent ;
ils glorifiaient et louaient Dieu
pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu,
selon ce qui leur avait été annoncé.

Quand fut arrivé le huitième jour,
celui de la circoncision,
l’enfant reçut le nom de Jésus,
le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Lectures extraites du site de l'AELF

Le Sanctuaire

Le Sanctuaire est confié depuis 1985 par le diocèse d'Autun, Chalôn et Macon à la Communauté de l'Emmanuel.

logo-autun-

logo_communaute_emmanuel

Secrétariat du Sanctuaire

NOUS CONTACTER
Place du Cardinal Perraud
71600 Paray-le-Monial
Tel: +33 (0)3 85 81 56 00

Mentions légales

Recevoir la lettre des Amis du Sacré-Coeur
* Champ obligatoire