Semaine 6

dimanche 05 avril 2020

La gratitude (même !) au temps de l’épreuve


« L’heure est venue où le fils de l’homme va être livré aux mains des pécheurs »

Nous entrons dans la grande semaine, la semaine Sainte, pour les chrétiens. Nous nous rappelons l’arrestation, le procès, la passion, la mort de Jésus et sa résurrection le dimanche de pâques.
Vivre la gratitude quand on vit quelque chose de difficile, est-ce possible ?

Nous traversons tous des moments de consolation et de désolation. Nous sommes dans la consolation lorsque nous ressentons dynamisme, paix, confiance.
Au contraire, nous vivons la désolation lorsque nous sommes troublés, agités, dans l’obscurité et que nous ressentons paresse, fatigue, aigreur. Nous pouvons être la cause de l’état de désolation de notre être, par négligence ou paresse mais, ces alternances se produisent également sans que nous en soyons responsables.
Comme les saisons dans la nature, il existe également des saisons de l’âme. Faut-il le regretter ? Faut-il se désoler de nos désolations, de nos fluctuations d’humeur ? Certainement pas ! Car toutes les saisons sont utiles : l’été est le temps de la vitalité, de la croissance visible, de la récolte des fruits. L’hiver est le temps de l’enfouissement, de l’enracinement, de la germination. Il s’y joue un travail en profondeur qui n’est pas moins nécessaire !

Dans ces temps de désolation, se dévoile l’aspect le plus puissant de la gratitude. Ce qui nous appartient est de croire que TOUT concourt à notre croissance, comme la petite graine en terre pendant l’hiver !

Dimanche

Le Christ qui entre à Jérusalem, monté sur le petit d’une ânesse, est acclamé des foules, mais lui sait qu’il va mourir. Dans la Bible un autre homme est associé à l’ânesse : Saül. Désolation de perdre ses ânesses, il part à leur recherche… cela va le conduire à la rencontre du prophète Samuel qui attend sa venue pour le faire Roi… (Relire ce passage dans la Bible, 1er livre de Samuel chapitre 9, verset 13-17)

Action : Si je suis dans l’épreuve ou le souci, psychologique (je ne vais pas bien ces temps-ci), spirituel (je me sens séparé de Dieu depuis longtemps) ou matériel (je n’ai pas ce qu’il me faut pour vivre comme j’aimerais vivre), je fais mémoire de 3 motifs de gratitude sur ce sujet, qui me coûtent en ce moment et je les note sur mon carnet de bord. C’est un excellent exercice qui nous aide à tenir bon jusqu’à ce que le temps de la consolation revienne.

Lectures du dimanche 05 avril 2020


Année liturgique A

careme

Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur

Fete :

Procession des Rameaux

Lecture

"Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur"

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu - Mt 21, 1-11

    Jésus et ses disciples, approchant de Jérusalem,
arrivèrent en vue de Bethphagé,
sur les pentes du mont des Oliviers.
Alors Jésus envoya deux disciples
            en leur disant :
« Allez au village qui est en face de vous ;
vous trouverez aussitôt une ânesse attachée
et son petit avec elle.
Détachez-les et amenez-les moi.
    Et si l’on vous dit quelque chose,
vous répondrez :
‘Le Seigneur en a besoin’.
Et aussitôt on les laissera partir. »
    Cela est arrivé pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète :
    Dites à la fille de Sion :
Voici ton roi qui vient vers toi,
plein de douceur,
monté sur une ânesse et un petit âne,
le petit d’une bête de somme.

    Les disciples partirent
et firent ce que Jésus leur avait ordonné.
    Ils amenèrent l’ânesse et son petit,
disposèrent sur eux leurs manteaux,
et Jésus s’assit dessus.
    Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin ;
d’autres coupaient des branches aux arbres
et en jonchaient la route.
    Les foules qui marchaient devant Jésus et celles qui suivaient
criaient :
« Hosanna au fils de David !
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !
Hosanna au plus haut des cieux ! »
    Comme Jésus entrait à Jérusalem,
toute la ville fut en proie à l’agitation,
et disait :
« Qui est cet homme ? »
    Et les foules répondaient :
« C’est le prophète Jésus,
de Nazareth en Galilée. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Lectures extraites du site de l'AELF

Le Sanctuaire

Le Sanctuaire est confié depuis 1985 par le diocèse d'Autun, Chalôn et Macon à la Communauté de l'Emmanuel.

logo-autun-

logo_communaute_emmanuel

Secrétariat du Sanctuaire

NOUS CONTACTER
Place du Cardinal Perraud
71600 Paray-le-Monial
Tel: +33 (0)3 85 81 56 00

Mentions légales

Recevoir la lettre des Amis du Sacré-Coeur
* Champ obligatoire